Conditions d'accès

 

Conditions d’accès

 

Bibliothèque de travail et Salle Ricœur

 

La visite de la Salle Ricœur est ouverte sans inscription dans la limite du nombre de visiteurs admissibles. L’accès à la consultation des ouvrages et aux postes de travail de la partie Bibliothèque suppose une inscription. Elle se fait à la banque d’accueil du Centre documentaire et sous réserve des places disponibles.

 

Les chercheurs travaillant sur l'œuvre de Paul Ricœur qui sont à jour de leur cotisation annuelle pour l'Association des anciens et des actuels chercheurs du Fonds Ricœur (Alumni du Fonds Ricœur) peuvent bénéficier de la gratuité d'inscription au Fonds Ricœur et à la bibliothèque Raoul Allier. 

Vous pouvez vous inscrire  ici

 

Horaires 2019-2020 du Fonds Ricoeur

 

Du mardi au vendredi de 14h à 17h

 


 

Archives Ricœur

 

Règles de consultation des archives

 

Les archives physiques ou numériques du Fonds Ricœur sont accessibles aux chercheurs, professeurs et étudiants accrédités. L’accréditation est délivrée par une commission d’accréditation, coordonnée par le directeur du Fonds Ricœur. La demande d’accréditation doit comprendre un résumé du projet de recherche, la liste des documents devant être consultés, la période de consultation envisagée.

 

Archives physiques (non encore numérisées)

 

Ces archives doivent être consultées sur site.


•            Un bordereau de demande doit être rempli préalablement à
toute consultation d’archives.
•            La consultation des documents doit se faire impérativement
sur la table placée à cet effet, dans l’espace consacré aux archives.
•            Il ne peut être consulté qu’un dossier à la fois.
•            Lors de la consultation des archives, seule l'utilisation
de crayons et de feuilles est autorisée.
•            Aucune reproduction d’archive (photocopie, photographie, scan, etc.) n’est
autorisée.

 

Archives numériques

 

Le Fonds Ricœur numérise progressivement les archives avec l’accord des ayants droit.
Ces archives numérisées peuvent être consultées sur un poste dédié par
les chercheurs accrédités qui en font la demande. La consultation sur
site est la règle.

 

La mise à disposition temporaire de certaines archives numérisées peut
être envisagée, à titre exceptionnel, sur autorisation de la Commission
d’accréditation.


La demande devra en être faite dans le cadre de la demande
d’accréditation.


La mise à disposition d’archives numérisées s’effectue à titre privé.
Elle ne vaut pas divulgation de l’œuvre et ne donne en aucun cas droit à
la divulgation. Outre le fait qu’elles devront respecter les conditions
générales de citation et publication des archives (voir ci-dessous),
les personnes ayant accès aux archives numérisées ne pourront les
transmettre, ni les divulguer (transmission privée, mise en ligne, etc.).
Les fichiers devront être supprimés à la fin du projet.

Les personnes accréditées s’engageront contractuellement à fournir les
informations suivantes, validées par leur institution de rattachement :


•            Condition de stockage des documents
•            Règles mises en œuvre pour la restriction d‘accès
•            Rapport régulier concernant l’usage fait des documents
•            Notification de la fin du projet de recherche

 

Citations et publications

 

Les personnes accréditées s’engagent à respecter les termes suivants :


•            Tous les travaux effectués après consultation des archives
(physiques ou numériques) devront le mentionner, avec référence
explicite au Fonds Ricœur, que les documents consultés soient cités ou
non.
•            Les chercheurs peuvent citer de brefs passages de document d’archives dans leur travaux (jusqu’à 5 lignes consécutives) ; au-delà, l’utilisation des sources inédites ne peut se faire qu’avec l’autorisation écrite du comité éditorial et des ayants droit, dans le respect des règles de la propriété littéraire et artistique et en mentionnant les références exactes au sein des Archives Ricœur.
•            Dans le cas des correspondances, aucune mention, ni citation ne pourront en être faites sans l’accord écrit des ayants droit et des tiers concernés.